Les drapeaux des corps de sapeurs pompier

Découvrir les drapeaux des sapeurs-pompiers

En France, l’ensemble des corps de sapeurs-pompiers regroupe environ 250 000 personnes, dont le but principal est de mettre fin aux incendies tout en préservant la vie des personnes qu’ils menacent. La majeure partie des personnes exerçant cette profession sont des volontaires, et consacrent une partie de leur temps libre à cette activité. Seuls les Brigades de Paris et de Marseille sont uniquement constituées de militaires. Chaque brigade départementale dispose de son propre drapeau, et l’exhibe lors des différentes parades auxquels elle participe. Les bannières de chaque corps de sapeurs font bien entendu partie des symboles les plus importants de la profession, tout comme les casques. Chaque caserne est dans l’obligation d’en conserver au moins un exemplaire. C’est la raison pour laquelle les drapeaux sont considérés comme des marques de prestige, et non pas comme un simple accessoire.

 

Les drapeaux de sapeurs-pompiers

Les drapeaux des pompiers peuvent varier de manière assez significative en fonction de la brigade, mais comprennent toutefois des éléments invariables. En premier lieu, l’étendard national bleu blanc rouge sert toujours de base à ce symbole intemporel. Par la suite sont ajoutées certains emblèmes locaux (tels que le Lion lyonnais ou le graoully messin) ainsi que le nom de la brigade. Il s’agit en général des armoiries de la ville qui accueille la caserne concernée. La devise du pompier « La passion de sauver » est présente sur l’étendard « général » de la profession. Chaque corps municipal ou départemental ajoute en général les slogans « honneur et patrie » ou « courage et dévouement » en dessous des armes de la ville. par ailleurs, des couronnes d’or sont placées sur l’étamine des drapeaux. Certains corps, tels que la brigade de Paris ont ajouté les mots « dévouement et discipline » en dessous de la devise « honneur et patrie » d’inspiration militaire. De plus, il est important de préciser que l’étendard de ce corps d’élite est carré, contrairement à celui des autres brigades (dont la forme est rectangulaire).

 

Les drapeaux de cérémonie des sapeurs-pompiers

Les étendards des différents corps de soldats du feu peuvent également connaître une fabrication différente, notamment en ce qui concerne le pavoisement. Fait à partir d’un coton épais, le symbole majeur du pompier est en général orné de broderies en or fin. Toutefois, ces décorations ne sont présentes que pour les occasions exceptionnelles, telles que la Sainte Barbe, fêtée en décembre (protecteur des soldats du feu). Des étendards plus rudimentaires, plus répandus également sont disponibles sur le net. Ils peuvent parfois être brodés à la main, dans la mesure où il n’existe à l’heure actuelle pas de fabricants spécifiques d’étendards destinés aux soldats du feu. La hampe qui sert à les soutenir est en général faite de bois et peut mesurer environ deux mètres. Un fer de lance en bronze est ajouté au porte-drapeau à l’occasion des cérémonies officielles (hommages, démonstrations et diverses parades).

 

Rénovation des drapeaux de sapeurs-pompiers

Les techniques de réparation et nettoyage d’étendards abondent, et ce quelles que soient leurs dimensions. Elles varient par ailleurs en fonction du problème en question. Si le tissu est troué, il est possible de le recoudre, à l’aide d’un fil de la même couleur. En revanche, si le trou s’avère être une estafilade, il devient plus difficile de restaurer l’étendard. Il en va de même si il a été sali par un produit chimique dangereux. Il est conseillé de s’adresser à un professionnel de la restauration d’étendards dans ce type de situation. Celui-ci sera en mesure de ré-appliquer des broderies sur un fond neuf si besoin, mais aussi de redonner au produit sa couleur d’origine grâce à ses teintures spéciales. Les franges peuvent elles aussi être retissées, et l’étendard peut être refait dans son intégralité s’il s’avère qu’il est sérieusement endommagé.

 

Drapeaux
Previous reading
Fabricant de drapeaux
Next reading
L’oriflamme aux XIIE – XIIIE – XIVE et XVE siècles