Broderie main sur drapeau : le drapeau brodé

Broder les drapeaux et les bannières de cérémonie demande une grande maîtrise technique pour que le rendu soit impeccable : le drapeau brodé.

Broderie main pour drapeau et fanions

Deux techniques sont utilisées :  broderie main sur drapeau et la broderie mécanique de type Cornely.

Broderie main pour drapeau : un savoir-faire historique

Broderie main , la broderie est l’ornement indispensable des drapeaux, des tenues militaires et des vêtements d’apparat. Un drapeau est le symbole du panache et de l’identité d’une nation, d’une armée ou d’une corporation. Il doit refléter la fierté et la grandeur de ceux qu’ils représentent. La France, riche d’un passé de brodeurs et passementiers expérimentés, a su garder vivant ce magnifique artisanat d’art : le drapeau brodé.

Broderie main: lettre or - drapeau brodé

Drapeau brodé – broderie main: détail

Les connaissances artistiques et l’aisance manuelle permettent aux artisans de sublimer la beauté des drapeaux avec des broderies d’or ou d’argent, de soies, de rubans, de pierres semi-précieuses ou synthétiques….Broder les drapeaux à la main est la meilleure garantie d’un travail qualitatif. Il peut s’agir de création, de reproduction, ou de rénovation du drapeau.

La star de la broderie sur drapeau brodé à la main : la broderie Or

Si l’on en croit l’Histoire et la littérature, le berceau de la broderie d’Or remonte à l’Antiquité. C’est la ville de Babylone, qui aurait ensuite exporté cette technique en Grèce et en Italie. Cet art raffiné s’est ensuite développé dans toute la partie orientale du monde (Turquie, Palestine, Hongrie…). Au Moyen-Age, l’Occident cède aussi à cet engouement, notamment pour les vêtements liturgiques.

L’Or est un signe de richesse et de pouvoir qui devient indissociable des vêtements et accessoires militaires et officiels. De nos jours, la broderie Or est un classique de la broderie sur drapeaux, étendards, bannières, fanions, écussons et habits militaires. Les créateurs contemporains réinventent même cette broderie. Ils créent de véritables oeuvres d’art répertoriées par le Ministère de la Culture. A l’heure actuelle, il n’existe que deux foyers de production en France.

La broderie Or est effectuée avec des fils d’or mais aussi d’argent, de la canetille (un fil métallique en spirale, unique ou façonné), ou du jaseron (une sorte de chaîne de petits anneaux).. Les supports à broder sont impérativement doublés avec une toile en coton.

Broderie main réalisation motif du drapeau - drapeau brodé

Drapeau brodé – broderie main sur drapeau

La broderie à la main sur drapeau brodé : La broderie de Lunéville

Le nom de broderie de Lunéville a pour origine la ville éponyme, dans laquelle de nombreux artisans-brodeurs étaient installés au 17ème siècle : pour faire connaître leur technique de broderie au point de chaînette, ils ont inventé une « marque » inspirée de l’endroit où ils résidaient.

Désormais, la broderie de Lunéville sur drapeau va surtout être utilisée pour coudre des paillettes, des pierres synthétiques, ou pour rénover des drapeaux anciens, cousus au point de Lunéville.

Broder avec cette technique demande une grande maîtrise et un savoir-faire avéré. En effet, le brodeur doit réaliser un esquisse qui sera ensuite reportée sur un calque, en déterminant en même temps les matières et les couleurs à adopter.

Ensuite, le brodeur va utiliser un stylo piqueur électrique pour tracer les contours du dessins en perforant le calque. C’est ce calque perforé qui va alors être appliqué sur le tissu à broder. Il sera ensuite poncé sur l’envers du tissu pour laisser apparaître le motif directement sur le tissu. Pour que le dessin adhère au tissu, il faut alors le fixer en le vaporisant avec une essence minérale.

C’est seulement après avoir réalisé toutes ces étapes, que la broderie pourra être effectuée. La broderie de Lunéville peut d’ailleurs être complétée par d’autres points de broderie pour jouer sur les effets et valoriser le rendu final.

 

drapeau brodé

Drapeau brodé – Broderie main: lettres

La broderie manuelle sur drapeau brodé : le point de Beauvais

Parfois appelé « Point de Pompadour », car la Marquise en raffolait, le point de Beauvais serait originaire de Chine et aurait été introduit en France dans les années 1760. Il s’agit d’un point de chainette, mais réalisé cette fois avec un crochet à la place de l’aiguille. Pour qu’il soit réussi, la maille doit être bien serrée. Très pratique, il permet de broder des tissus très fragiles (soie, tulle) mais aussi des supports plus résistants comme le cuir.

Pour débuter la broderie, un calque avec le dessin du motif va d’abord être perforé puis passé au poncif. Le calque piqué est alors appliqué sur une feuille de dessin. Il va ensuite être peint et chaque couleur sera annotée avec les références teintes et matières. Le calque est alors posé sur le tissu à broder pour déterminer l’emplacement du motif. Il peut enfin être poncé et le travail de broderie va ainsi pouvoir débuter. Le tissu à broder va être cousu au sangle du métier en bois du brodeur ou de la brodeuse, qui appliquera un main sous le travail pour maintenir le fil passé dans le crochet, et l’autre main au-dessus pour piquer et repiquer la toile en décrivant un boucle.

La plupart des broderies sur drapeaux sont réalisées au point de Beauvais, même si de nos jours la plupart des ateliers se servent de la broderie semi-mécanique Cornely pour le réaliser. En revanche, pour la restauration de drapeaux, la broderie sera beaucoup plus fine si elle est effectuée à la main.

Contact / Devis / Information

 

Drapeaux
Previous reading
Drapeaux : pavillons du monde
Next reading
Drapeau de table : protocole et décoration